Faire un choix dans le menu ci-dessus

  • Aihanmi katate dori

    Saisie du poignet de façon symétrique

  • Aïkikaï

    Organisation créée en 1940 par Kisshomaru Ueshiba (deuxième fils de Morihei Ueshiba) avec l’appui de son père pour promouvoir le développement de l’aïkido. Le dojo central de l’Aïkikaï est le Hombu Dojo, situé à Tokyo.

  • Atémis

    « Coups », de poing ou de pied. C’est l’action de pouvoir donner un coup lors des mouvements, dans le but de déconcentrer l’adversaire ou de s’en débarrasser.

  • Budo

    bu (guerre) et do (la voie) décrivent les arts martiaux japonais. Ce sont les héritiers des techniques guerrières médiévales qui se nommaient les bujutsu.

  • Bushis

    Terme d’origine chinoise signifiant littéralement « guerrier gentilhomme », terme qui apparaît au Japon aux environs de l’an 800 (Ère Heian). Les bushis étaient des chevaliers en armure chargés de la protection des clans.

  • CTN

    Conseiller Technique National.

  • Dan

    Ce sont les grades à partir de la ceinture noire. Le 1er dan correspond à une personne initiée à la pratique, les progrès techniques et de fluidité permettent la progression vers les dans supérieurs. Notons qu’en aïkido, le dan le plus haut est à l’origine le huitième, puisque c’était celui de O Senseï.

  • Doshu

    Littéralement, « maître de la voie ».

  • FFAB

    Fédération Française d’Aïkido et de Budo, crée par Maître Tamura, CTN.

  • Hagaïjime

    Saisie en «ceinture», à bras le corps.

  • Hakama

    Le hakama est un pantalon large porté par les pratiquants de l’aïkido ainsi que d’autres arts martiaux traditionnels japonais.
    En France, il est souvent donné dans les clubs lorsque le professeur estime que l’élève sait chuter correctement. Ce qui permet aussi de ne pas être surpris et géné lors du passage de premier dan.

  • Hanmi handachi waza

    Techniques à partir de la position assise (Seiza) face à un adversaire debout

  • Hiraganas

    Ils permettent de transcrire la langue japonaise sans ambiguïté, au contraire des kanjis. Chaque hiragana représente une syllabe

  • Kamae

    Garde, manière de se présenter face à une attaque

  • Kanjis

    Les kanjis sont les éléments de caractères de l’écriture japonaise.
    Il en existe deux autres : les hiraganas et les katakanas.
    Les kanjis sont les caractères chinois de la dynastie chinoise Hàn utilisés en langue japonaise.
    Ils sont associés entre eux et avec des signes syllabiques (hiraganas et katakanas) pour former les mots et les phrases japonaises.

  • Kata dori

    Saisie du Keiko-Gi au niveau de l’épaule

  • Katakanas

    Ce sont des signes correspondant à des syllabes, tout comme les hiraganas.

  • Katana

    Symbole de la caste des samouraïs, le katana est un sabre (un seul tranchant) de plus de 60cm. Il se porte glissé dans la ceinture, le tranchant vers le haut. Le katana peut être utilisé pour la coupe (dans le sens tranchant) ou pour piquer (dans le sens de la pointe).
    Suivant l’utilisation, on le nomme :

    • « iaitô » (réplique métallique non tranchante) : Utilisé par les pratiquants de iaido.
    • « bokken » (sabre de bois solide) : Utilisé en aïkido, en iaido (pour des combats) et en kendo dans des katas.
    • « suburito » (sabre de bois rigide et lourd) : Entraînement aux coupes dans le vide (suburi).
    • « shinaï » (lamelles de bambou liées par une gaine de cuir) : Pour porter des frappes réelles sans danger avec des protections lors de la pratique du kendo.

    Le katana se range dans la saya (le fourreau). Voir katana seul – katana & saya – katana rangé

  • Katate ryote dori

    Saisie du poignet à deux mains.

  • Keikogi

    Littéralement « vêtement d’entrainement », (keiko : La pratique et gi : Vêtement). C’est le terme correct des habits des arts martiaux, abusivement et par habitude appelé « kimono ».

  • Kimono

    C’est une sorte de longue robe portée par les femmes ou par les hommes comme vêtement d’intérieur ou de cérémonie. Voir Keikogi.

  • Kokyu

    Respiration, «souffle»

  • Kokyu Ryoku

    Coordination puissance et rythme respiratoire

  • Kubi

    Les noms des membres du corps les plus courants en japonais :

    Aikido_membres_corps

  • Kyu

    Ce sont les grades de départ dans la pratique, le débutant (qui découvre la pratique) est 6ème kyu, puis progresse vers le 1er kyu (équivalent au judo ou au karaté à une ceinture marron).

  • Ma-aï

    Distance, ou encore : espace/temps

  • Morote dori

    Saisie du poignet à deux mains

  • Muna dori

    Saisie du revers du Keiko-Gi au niveau du sternum

  • Samouraïs

    Désigne un membre de la classe guerrière qui a dirigé le Japon féodal durant près de 700 ans. Le terme vient du verbe « saburau » qui signifie « servir ». Le mot apparu au Xième siècle, il a remplacé le terme de bushi, même si le guerrier samouraï est d’une moins haute classe que le guerrier bushi.

  • Senseï

    « celui qui était là avant moi, garant du savoir et de l’expérience » Désigne un maître qui donne son enseignement à un kōhai (un élève), ce terme n’est pas nécessairement lié à une pratique physique et, contrairement à ce qui est souvent imaginé, n’a aucune connotation mystique.

  • Shi-Seï

    Posture, attitude en général

  • Shomen uchi

    Coup vertical sur le haut de la tête avec le tranchant.

  • Sode dori

    Saisie du Keiko-Gi au niveau du coude

  • Suwari waza

    Techniques à partir de la position assise (Seiza) pour les deux partenaires

  • Yokomen uchi

    Coup latéral avec le tranchant de la main au niveau de la tempe